Les machines de l’île

← revenir aux services

Fruit de l’imagination débridée de messieurs Delarozière et Orefice, les projets des Machines de l’île installées au cœur de l’île de Nantes entraînent les visiteurs dans des voyages extraordinaires inspirés des mondes de Jules Verne ou de l’univers mécanique de Léonard de Vinci.

Île aux machines

La Galerie des Machines, après avoir exhibé des monstres sous-marins extraordinaires (qui ont depuis déménagé dans le Carrousel des Mondes marins) entraîne petits et grands dans l’univers de l’Arbre aux Hérons. Vous pouvez admirer les ondulations de la chenille arpenteuse, les lunettes de la taupe foreuse, grimper à bord du simulateur de vol (sensations garanties !) et pourquoi pas survoler la galerie sous les ailes du héron ! Une splendide araignée de 3 tonnes et haute de 4,5 m attend le public pour une petite balade puisqu’elle peut accueillir 3 personnes à son bord (arachnophobes s’abstenir !).

Le grand atelier, où les machines prennent vie, permet de comprendre l’ensemble de la genèse. Sans oublier la Branche aux hérons, qui préfigure un projet monumental : l’Arbre aux Hérons. Installé dans la carrière Misery dans le bas-Chantenay, ce projet de 35 m de hauteur et 50 m d’envergure sera capable d’accueillir 450 personnes sur ses 22 branches. Comptez 2 ans d’études et plus de 5 ans de travaux…

Vous pouvez également découvrir les quais de la Loire, entre les nefs et le Carrousel des Mondes Marins, sur le dos d’un gros éléphant mécanique, colosse de 12 m de haut et de 50 tonnes qui barrit et asperge les badauds curieux…

Île aux machines